Pot au feu

En version « rapide », c’est à dire avec l’aide de ma fidèle cocotte-minute, histoire de ne pas devoir commencer la cuisson des viandes à 6h pour manger à des heures raisonnables 😉

Pot au feu

Pour 6 à 8 personnes (ou 3 pandas qui adoooooorent le hachis parmentier avec les restes)
1,8 kg de viandes à pot au feu mélangées (faites confiance à votre boucher, en vrac et selon les goûts : plat de côte, basse côte, macreuse, jarret …)
si possible 1 queue de boeuf (ça donne au bouillon un parfum incomparable, mais y’a pas grand’chose à manger dessus)
1 bouquet garni
3 beaux poireaux
4 ou 5 carottes
1/2 boule de céleri rave
1 oignon piqué de 3 clous de girofle
1 tête d’ail non épluchée
1 kg de pommes de terre
des os à moëlle pour les amateurs

Eplucher et couper les carottes et le céleri en gros morceaux. Ficeler les poireaux coupés en 3. Mettre 2 l d’eau dans la cocotte, ajouter les légumes et le bouquet garni, saler poivrer et porter à ébullition.
Ajouter les viandes, laisser une dizaine de minutes sur feu doux en écumant régulièrement.
Fermer alors la cocotte (position 2 sur la clipso) et laisser cuire 20 min à partir de la mise sous pression.
Au bout de ce temps, enlever les carottes, le céleri et les poireaux. Réserver. Refermer la cocotte et remettre sur position 2 pour 30 min.
Pendant ce temps, faire cuire les pommes de terre épluchées dans de l’eau salée, de même pour les os à moëlle.

Quand tout est cuit, mettre les légumes (y compris les pommes de terre) dans la cocotte, le plat peut alors attendre un moment sur feu très doux.

Pour servir, présenter la viande entourée des légumes et des os, avec du gros sel, des tranches de pain de campagne grillé, des moutardes variées et un bol de bouillon additionné d’un peu de porto.

Pour les restes : les légumes mixés dans un peu de bouillon font une soupe divinement réconfortante pour les soirs d’hiver, la viande sera transformée en hachis parmentier « de luxe », le bouillon restant additionné de vermicelle fait mon régal en attendant le moment de se mettre à table.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *