Départ

Et dire que je pourrais être sur une plage de sable fin, cocotiers et crème glacée. Ou dans un hamac à faire la sieste (crapuleuse, comme il se doit). Encore que la sieste crapuleuse dans un hamac demande de la souplesse, de l’acrobatie et un chouilla d’habitude. Sinon c’est assez casse-gueule comme passe-temps. Mais pourquoi tant de haine ? N’y a-t-il personne là haut (ou ailleurs) qui peut faire quelque chose pour moi ? J’en ai marre de ce boulot d’abruti, de ce client à la limite du hors jeu, et de ce chef à peine bon à faire relais de mail. Même ça, il le rate des fois. La motivation est à son comble. Dans 30 min, je lève le camp.