Improvisation à base de riz cantonais

Aujourd’hui, nous avons récupéré Pandinou, qui a passé une semaine de vacances chez ses grands-parents. Du coup, quand il a demandé à manger « du riz qui se mange avec des baguettes », malgré le fait que mon menu prévoyait une soupe de pois chiches, j’ai changé mon fusil d’épaule et regardé si j’avais de quoi bricoler un riz cantonais. Un peu de riz thaï, des crevettes surgelées, des petits pois surgelés aussi …. un schlouk de sauce soja et hop, un repas prêt en moins de 15 min.

Riz cantonais

2 mesures de riz thaï
2 oeufs
sauce soja
80 g de petits pois
150 g de crevettes surgelées
1 petit bocal d’épis de maïs
1/2 oignon

Faire cuire le riz au rice cooker (c’est mon ustensile de cuisine favoris ces derniers temps).
Battre les oeufs avec un peu de sauce de soja. Faire fondre du beurre dans une poêle, y jeter les oeufs, laisser cuire 5 min, retourner et laisser cuire à nouveau 5 min de l’autre côté. Déposer l’omelette dans une assiette.
Faites cuires les petits pois selon les indications du paquet, faire décongeler les crevettes.
Dans une sauteuse ou un wok, verser un peu d’huile neutre. Faire revenir l’oignon émincé, puis les crevettes, les petits pois et les épis de maïs coupés en petits morceaux.
Réserver, puis faire revenir le riz cuit.
Ajouter le mélange de légumes et crevettes, et l’omelette coupée en lanières. Réchauffer quelques minutes et servir avec de la sauce soja.

Maki sushis

Cette semaine, pas de Pandinou, en vacances chez ses grands parents (qui vont mettre une bonne semaine à récupérer, mais c’est un autre sujet). Donc, après la décadence culinaire (commander une pizza et la manger avec les doigts devant une série américaine, ou confectionner des hamburgers – encore que j’ai hésité à passer au McDrive, si si … même pas honte), voici revenue un peu d’énergie pour cuisiner des trucs que je ne ferais pas pour Pandinou : des sushis … Un peu délicat à réaliser, le plus difficile étant souvent de trouver les bons ingrédients.
Les feuilles de nori, le riz japonais « spécial sushis », le vinaigre de riz, le gingembre au vinaigre, autant de bonnes raisons pour moi de hanter Belasie 🙂
La note de Panda : 17,5/20 (en fait il avait d’abord mis 18, mais il a trouvé que la quantité n’y était pas, le goinfre). Assez fière de moi sur ce coup là 😉
Maki sushis
Maki-sushis
Pour 2 personnes
250 g de riz japonais « Shinode »
3 cuil à soupe de vinaigre de riz
1 cuil à soupe de sucre en poudre
2 cuil à soupe de saké
1 beau pavé de saumon en finesz lanières
environ 1/3 de concombre en fines lanières
du wasabi (condiment vert au raifort – « moutarde japonaise »)
un bocal de gingembre au vinaigre

Tout d’abord, rincer le riz à grande eau, puis le faire cuire au rice-cooker selon les indications du fabricant.
Quand le riz est cuit, le laisser un peu au chaud dans sa vapeur, je le trouve bien meilleur ensuite. Préparer l’assaisonnement du riz : mélanger le vinaigre de riz, le sucre et le saké. Mettre le riz dans une jatte, l’arroser du mélange précédent, bien mélanger. En fonction du temps dispo, sécher le riz au sèche-cheveux ou le laisser sécher et refroidir à l’air libre.
Roulage des sushis : sur une natte en bambou (c’est faisable sans, en plus hasardeux car les noris collent aux doigts), disposer une feuille de nori. Etaler une couche uniforme et fine de riz. Disposer des lanières de saumon et de concombre, puis rouler en serrant bien.
Déposer dans un plat, recouvrir de film alimentaire jusqu’au moment de servir.
Pour le service, découper les rouleaux en 6 ou 8 morceaux avec un couteau très tranchant. Accompagner de gingembre au vinaigre et de sauce de soja claire.
Maki-sushis (détail)