Archive for Livres, films

Le billet du week-end

Un peu en vrac, le dimanche soir, affalée dans le canapé face � la cheminée … Peu de cuisine ce week-end (malgré des envies d’huîtres chaudes et de pavés de turbot) pour cause de plein de choses � faire et d’invitation chez Belle-Maman.
Travail sur les plans de la future nouvelle cuisine d’abord (hé oui) : budget � prévoir, implantation envisagée … je commence � rêver un peu. Comme pas de Pandinou, ciné samedi soir, après le très décevant match Pays de Galles – France.
Nous avons succombé � la folie « Ch’ti » (beaucoup � cause de l’horaire de la séance, aussi) : vraiment un film sympathique, simple et réjouissant. Pas de prise de tête, mais les portraits de gens humains et sensibles. On sort de l� dedans avec un nouvel espoir sur la nature humaine : non, ils ne sont pas tous pourris !
Et pour le dîner de dimanche, après le repas dominical, une traditionnelle soupe, légère et agréable : haricots cocos et légumes. Pas de photo parce qu’une jolie photo de soupe, sans de la vaisselle tendance c’est difficile, mais rien qu’� humer au dessus de la gamelle mettait les papilles en émoi !

Soupe de cocos
Pour 4 convives
250 g de cocos secs, mis � tremper 12 h
3 carottes
2 blancs de poireaux
1,5 l d’eau
2 cubes de Kub’Or

Mettre les carottes épluchées et coupées en rondelles, les poireaux coupés en rondelles et les haricots égouttés dans l’autocuiseur. Ajouter les Kub’Or. Fermer la cocotte, compter 45 min de cuisson � la mise en pression.
Quand les légumes sont cuits, mixer finement, saler, servir bien chaud avec un peu de pain de campagne grillé.

Un secret

Hier soir (enfin, techniquement ce matin, plutôt, il devait être environ 1h ….), hier soir donc, après avoir, en vrac : pris soin de Pandinou malade, fait la cuisine, la vaisselle, mis une lessive à tourner, rangé la table à repasser, surfé sur mes sites culinaires favoris, passé 2 ou 3 coups de fil, et attendu un peu que la tempête se calme, j’ai attrapé sur une étagère de bilbiothèque Un secret de Pierre Grimbert.
J’ai déjà lu ce livre (il me semblait avoir écrit un billet dessus, mais il a dû rester au stade de l’intention), et je retrouve avec grand plaisir le style limpide de l’auteur. Les chapitres, très courts, permettent de passer rapidement sur les prémisses de l’histoire. Difficile de décrocher (bah, encore un chapitre, il en fait que deux pages …. et puis un autre, et tout pourrait s’enchaîner pour finir le bouquin en moins de deux).
Ce soir, après mon cours de danse orientale, je prévois de me vautrer dans la méridienne, un thé à l’orange près de moi, et cette très belle histoire devant les yeux …

Labyrinthe

Pour changer un peu de la SF, je me suis plongée dans un thriller médiéval (Labyrinthe de Kate Mosse) … point de dragons, mais des guerres de religions et des massacres inscrits dans l’Histoire.
L’histoire en elle-même se déroule à Carcassonne, à deux époques distinctes, et les événements se superposent pour arriver à un nexus où l’histoire, finalement, se répète.
Le thème et la façon de présenter m’ont beaucoup rappelé La promesse de l’Ange, dévoré il y a quelque temps de ça.
Je reste sur une impression mitigée, la lecture n’est pas désagréable (au point de me tenir éveillée jusqu’à minuit passé pour connaître le sort des héros) mais au final, ça manque un peu de relief, d’exploration des personnages, de points historiques … il me semble que ce livre a été un « roman de plage », ceci expliquant cela, probablement.

It’s over now …

Voilà, Harry Potter suite et fin ….
Jolie morale de l’histoire, un peu trop manichéenne à mon goût maos logique au final.
Argh, me voilà orpheline de l’attente d’un nouvel opus, triste de ne plus retrouver des aventures encore à découvrir. L’éauteur et l’éditeur vont-ils résister à la tentation d’imaginer une suite ? Ou, comme pour Dune, d’écrire les épisodes précédents ? A près tout, reprendre les choses à leur début (comment Tom Riddle devient Lord Voldemort, un peu comme Anakin Skywalker / Dark Vador), ou cette formidable histoire d’amitié entre Remus Lupin, James Potter, Sirius Black et Pettigrew …. bref, il reste encore un espoir de retrouver des histoires de sorciers …

Accio pen !

L’hiver vient …

A feast for crows vient de finir sa course sur le canap, terminé. Manque quelques pesronnages de premier plan (Jon Snow, Daenerys …) mais bon, ils seront hopefully dans le prochain tome … déjà que je l’attend avec impatience, mais là …
Bref, un peu dur à suivre en anglais, finalement, surtout vu la profusion de personnages de la série.
A partir de demain : Harry Potter ….

Catch me if you can

Petite entorse au classique déroulement d’une soirée « en célibataire » (Panda est au match, une fois n’est pas coutume). Comme d’hab, j’ai dîné avec Pandinou, regardé quelques dessins animés, fait un gros câlin et chanté une chanson … mais ensuite, au lieu de me vautrer dans mon canap avec un bouquin et de la musique, j’ai mis un film ….
Entre les films que je possède et que je n’ai pas le temps de regarder, ceux qu’on me prête, et ceux qui passent à la télé, j’ai choisi « Catch me if you can », en français dans le texte « Attrape-moi si tu peux », avec Leonardo DiCaprio et Tom Hanks. Si j’apprécie ce dernier, j’avoue que la gueule d’ange de Di Caprio aurait un poil tendance à me faire fuir. J’ai été très agréablement surprise par son jeu d’acteur, très convaincant. J’ai choisi de regarder le film en VO sous titrée histoire de me faire un peu l’oreille (veulent pas m’envoyer en cours d’anglais, paraît que d’autres en ont plus besoin que moi …. les chacals), et finalement je suis assez contente de réussir à suivre (presque) sans lire.
Bref, très bon divertissement, et très bon moyen de travailler son anglais sans en avoir l’air … je sens que je vais devenir accro à un « vautrage en règle dans le canap devant un bon film » ….

Memoirs of a geisha, A. Golden

Le bonheur quand on arrive dans une bibliothèque, c’est la possibilité de découvrir des livres, des histoires, des textes dont on n’avait même pas idée. La bibliothèque d’Arna, c’est du condensé de découverte. La présence d’étrangers (essentiellement des néérlandais et des allemands) permet d’avoir en rayon des livres en V.O., et ça c’est mon dada depuis quelques mois.
En furetant sur les étagères, donc, je tombe sur Memoirs of a geisha d’Arthur Golden, le bouquin qui a inspiré le film … et d’ailleurs ce n’est pas par hasard que je l’ai pris : nous avions parlé du film avec des amis un soir avant mon départ en vacances.
J’ai un peu hésité, à vrai dire, je venais de terminer The Alienist de Caleb Carr, un policier dans la veine de Harry Dickson, mais au niveau de langue un peu élevé, suffisament pour me faire douter de mon anglais … et puis finalement je me suis lancée, en me disant que j’en comprendrais assez pour suivre l’histoire, anyway.
Et finalement, très bonne surprise, le texte est merveilleusement bien écrit, les mots coulent de source, l’ambiance est là, j’ai eu du mal à décrocher mes yeux des pages. On s’imagine avec Sayuri, essayant un kimono ou pendant la cérémonie du thé.
Moins de 3 jours pour lire ce superbe pavé, mais je regrette encore de l’avoir déjà terminé …

Kaena, la prophétie

Un merveilleux travail de création graphique, sur une histoire assez classique mais bien traitée. L’imagerie 3-D remplacera-t-elle un jour les acteurs de chair et d’os ? Ca aura au moins le mérite d’éviter les tortueuses histoires de coeur (encore que j’ai connu un ordinateur amoureux, mais c’était il y a longtemps).
Bref, étant particulièrement (voire exclusivement) fan de SF, j’ai forcément été attirée par l’idée, tant pour l’histoire que sa réalisation. En filigrane, l’ambiance musicale est assez travaillée, et colle bien à l’ambiance générale du film. Un bon moment.

« Older Entries