Archive for Delirium tremens

Drôle d’impression

Sale go?t dans la bouche, regard étrange porté sur les choses, impressoin fugace de fin de vie …. Désabusée, moi ? Oui, certainement (n’en déplaise à certains). Regard porté sur les choses accomplies (quelques unes) et les actes manqués (plein … mais c’est normal).
10 ans c’est d’une certaine façon un permier bilan. Il y a 10 ans, je sortais diplômée de mon école d’ingé. Je me souviens encore de cette impression que j’allais bouffer le monde. Qu’avais-je accompli pendant ces 5 ans ? Prouvé au monde (plus modestement, à mes parents et à tous ceux qui n’y croyaient pas) que malgré le fait que je sois une fille avec un bac technique, je pouvais m’en sortir (et haut la main). Et croisé Panda, aussi. Commencé un bout de chemin ensemble.
Aujourd’hui, que reste-t-il de la jeune diplômée qui allait chercher du boulot ? Une cynique qui bosse pour l’alimentaire et dévoie ses collègues de bureau avec des décolletés ravageurs ? Je me refuse le monolithisme … moi c’est *aussi* ça, mais pas seulement !
Un autre bilan, plus … personnel peut-?tre, en septembre.

In the mood for …

Souvenir poignant, excitant, décalé, d’une nuit sur une piste de danse ….

Oh oh
Wee-ell-Now!

Relax don’t do it
When you want to go to it
Relax don’t do it
When you want to come
Relax don’t do it
When you want to come
When you want to come

Relax don’t do it
When you want to to go to it
Relax don’t do it
When you want to come
Relax don’t do it
When you want to suck to it
Relax don’t do it
When you want to come
Come-oh oh oh

But shoot it in the right direction
Make making it your intention-ooh yeah
Live those dreams
Scheme those schemes
Got to hit me
Hit me
Hit me with those laser beams

I’m coming
I’m coming-yeah

Relax don’t do it
When you want to go to it
Relax don’t do it
When you want to come

Relax don’t do it
When you want to suck to it
Relax don’t do it (love)
When you want to come
When you want to come
When you want to come
Come-huh

Get it up
The scene of love
Oh feel it

Relax
Higher higher

Hey-
Pray
Frankie goes to Hollywood – Relax

Petit matin

Il est 5h45, Panda vient de partir.
Les heures du petit matin sont délicieuses, elles ont l’avant-go?t de ce que ne sera peut-?tre jamais la journée. Impression fugace d’?tre seule au monde, ou de veiller les autres. Heures rares d’avant le levant. Siroter un thé, profiter du calme absolu de la maison, avant le rush du départ au boulot, avant la foule, avant la circulation.
Et penser.
A lui, à Panda, à moi.
A ce que je fais, ce que je vis, cette forme de trahison, d’aliénation, de perte de moi-m?me. Je l’ai dans la t?te et dans la peau. La griserie, l’insouciance, la frustration aussi. Etre si près et ne se toucher qu’en cachette. Jeu dangereux, excitant, nous sommes sur le fil.
Ca durera ….. un temps, ça ne passera peut-?tre m?me pas l’été. Mais il restera toujours entre nous un petit quelque chose de spécial, une amertume, mais pas de regrets.

« Older Entries Recent Entries »